Bien à vous,


-PAGE EN CONSTRUCTION-

   
    Bienvenue sur la page traitant de l’exposition Bien à vous,! Il s’agit d’une exposition que j’ai présenté en février 2021 à la maison de la culture de NDG (Botrel). La prémisse de départ est la réappropriation de cartes postales à travers l’intervention sérigraphique, l’agrandissement et l’ouverture du sens.

    La carte postale est sans doute l’un des objets-témoins les plus emblématiques du “comment ça va?”. Bien qu’historiquement, elle fut utilisée au même titre que la lettre, porteuse de bonnes et moins bonnes nouvelles, sa récupération par l’industrie touristique en fit un objet du “je te montre que ça va bien”. On pourrait presque la placer comme précurseur des réseaux sociaux tel Instagram, qui vendent l’idée du rêve par l’image. Mais cette image, au fond, que nous dit-elle?


    L’origine de ce projet est un lot de cartes postales que j’avais acquis pour une exposition à laquelle javais été invité par la boîte de design Sale Caractère. Ce lot particulier contenait plus d’une centaine de cartes postales, la majorité datant des années 60 et 70. Ce qui est beau dans toute l’affaire, ce que bien que cette acquisition se fit à Montréal, ma ville d’origine, la majorité des cartes qu’elle contenait relataient l’histoire “publicitaire” de ma nouvelle région d’adoption, le Bas-Saint-Laurent (et la gaspésie). Par exemple, cette carte postale présentant un chasseur et sa proie, dans un teinte irréelle, provient de St-Guy, municipalité dans les terres entre Trois-Pistoles et Le lac Temiscouata.



 
    Un des point d’intérêt qu’il est difficile d’apprécier dans la reproduction est la variation de textures visuelles selon notre proximité de l’oeuvre. À quelques mètres de distance, l’image perçue est fidèle à ce qu’on verrait si la scène était réellement devant nos yeux. La grandeur des objets qui la compose sont s’offrent à nous à une échelle similaire à ce que nous présente la réalité. 


   On assiste alors à un spectacle de la société des loisirs, décliné en saisons du divertissement.




Mais comme dans l’album d’Harmonium “Si on avait besoin d’un cinquième saison”, ici notre cinquième saison serait celle de la police de l’art. 



Pourquoi? Pour protéger 






Vous pouvez en apprendre plus sur chacune des oeuvres, les voir en détail et même les acquérir en cliquant ici!  

*Pour plus d’informations, pour acheter une oeuvre ou simplement pour discuter de mon travail, n’hésitez pas à communiquer directement avec moi en tout temps en cliquant sur l’icône noire d’éclair en bas à droite!

 

Crédit photographiques: Jean-Michael Seminaro (Toutes sauf la première et celle du chasseur dans l’ombre des oies).